medium_doisneau-robert-pipi-pigeon-1964-2203723.jpg

R Doisneau

LE ZIZI PERPETUEL

Mon petit frère a un zizi
Mais moi, Zaza,
Je n’en n’ai pas.

Mon petit frère a un zizi
Toujours placé au bon endroit
Mais moi, Zaza, je n’en n’ai pas.
Pourquoi ?

Il me le montre sans répit
Pour me donner du dépit
Pour se donner un air gaulois
Pour m’enfoncer dans l’désarroi !

Il m’le sort en catimini
En tapis rouge en tapinois
Et me le fait toucher du doigt :
C’est assez doux
Comme caoutchouc
Mais y’a pas de quoi
Perdre la foi.

Et moi, et moi je me dis
Pourquoi mon frère a un zizi
Dans quel tiroir sont fait les lois ?

Le jour et la nuit
Son zizi le suit
Toujours placé au bon endroit.
Et moi, Zaza, dans mes draps blancs
J’ai beau m’tâter
M’tâter souvent
A la place où ç’aurait dû été
Que du vent ! Que du vent !

« Tu verras Zaza
Avec mon zizi
Un jour je serai le roi »
Qu’il dit
Tout en lui collant tout autour du sparadrap.

A la fin c’est énervant
De manquer obstinément
De cette sorte d’émolument.

Si j’ai le regard zoulou
Si j’ai ne nombril sournois
Si j’fais des coups en d’ssous
Si j’pousse pas de guingois
Si je ne fais pas mon poids
Faut pas demander pourquoi !

Mais pourquoi ?
Pourquoi ?

Poème de René de Obaldia : "Innocentine"

Un poème, que je prenais un immense plaisir à déclamer quand j'avais 20 ans. Il m'a longtemps valu le surnom de Zaza !
Une pensée affectueuse pour ma Jumelle de sang et une autre pour ma jumelle de coeur mon amie"pas si Loin".