Ecrire son ressenti est-il une façon de régler ses comptes ?

Pour ce faire, il faudrait que cela soit dit, à la personne voulue, une bonne fois pour toute.

Je me sens bien incapable de sortir du placard cette histoire de filiation usurpée.

Même sur son lit de mort, je ne pense pas être capable d’aborder le secret avec mon père, alors qu’au fond, je pense qu’il a des doutes vu sa disposition à trouver des ressemblances.

Peu importe finalement. Il m’a élevée et je devrais lui en être reconnaissante. 

Au soir de sa vie, l’image que j’avais de lui enfant, me revient en pleine face.

J’en avais, au fil des années, écrêté les aspérités, gommé les taches, pour ne plus voir que celle d’un vieil homme fatigué,aigri et courbé par le poids de toutes ces difficultés qui avaient accablé sa vie.

J’ai même pris sa défense bien souvent, face à la plainte de ma mère.

Ses dernières turpitudes me sont restées en travers de la gorge…et tout le reste revient en force.

Il sait encore ce qu’il dit et ce qu’il fait. Il est vieux, mais il a toutes ses facultés et est donc responsable. C’est aussi en lui reconnaissant cette responsabilité que je le  traite  avec dignité.

Evidemment, quand je l’ai vu hier, fatigué par sa bronchite, respirant péniblement, j’ai pris soin de lui, me suis inquiétée de sa fièvre, ai légitimé sa plainte.

 

Je regrette tellement que son attitude n’ait pas  démenti la disqualification opérée par ma mère.

.

Apres le commentaire de Pascal, j’ai fait un rêve la nuit suivante.

 

« Mon père et ma mère étaient tous les deux hospitalisés. Ils étaient dans un grand dortoir avec des lits en enfilade.

J’étais sur une butte et regardais leurs lits à distance, en contre plongée.

Je me précipitais en bas et apprenais que mon père était décédé. Apres avoir réclamé un très bon repas, il avait de lui-même mis fin à sa vie.

J’allais alors près de  ma mère. Elle était échevelée, hurlante, attachée dans on lit. Elle ne me voyait, ni ne me reconnaissait. »

 

Je me suis réveillée avec un sentiment de grande tristesse tranquille