J’ai lu ici et là des textes qui m’ont amenées à m’interroger sur la question de l’amitié amoureuse ; Pour finalement faire le constat que je n’en connais pas et n’en ai jamais connu.

Sinon adolescente, lors de mes premiers émois amoureux.

Je me souviens d’une période où j’étais très assidue à la messe dominicale pour apercevoir un beau ténébreux avec qui je n’échangeais pourtant que quelques mots. Il alimentait mes fantasmes d’avant sommeil.

Un ami ne peut devenir  mon amant d’autant que j’ai essentiellement des amies.

 J’en ai follement, passionnément, aimé quelques unes qui auraient pu devenir des « amantes » ; l’interdit en moi ne pouvait radicalement pas l’autoriser.

A l’inverse, il m’est arrivé de tomber amoureuse d’hommes qui n’étaient en rien mes amis, qui ne pensaient pas comme moi, que tout séparait de mes convictions et valeurs personnelles.

C’est ainsi quelque fois : celui qu’on veut fuir est celui que nous désirons le plus. Il reste à l’état de fantasme, et c’est très bien ainsi.

Le seul ami dont je suis tombée amoureuse est mon mari.

Si mon désir pour lui n’est pas loin de s’éteindre, il reste mon meilleur ami.

 

C'est tout de même étonnant comme les relations virtuelles ont pris à certains moments de l'importance pour moi. Dans l’instant, c’est moins vrai, les relations réelles m’occupent beaucoup trop.
C’est venu révéler un vide existentiel qui existe en quelque part dans mon être intime, et sans doute dans celui de chacun.

Je me suis amarrée à ces présences fidèles, proches et lointaines, pleines de mes représentations imaginaires.

Dans le moment, j’observe avec un sourire amusé et beaucoup de curiosité, la capacité de séduction de quelques uns et quelques unes ; Ceux ou celles qui utilisent les mots et leur agencement, les tournures de phrases, la poésie, qui ont un talent de déclencheur d’émotion. Bref, ceux ou celles qui savent écrire, suggérer sans ne rien dévoiler, allumer l’étincelle du désir chez l’autre.

Pas de rivalité chez moi. Je n’ai plus l’age ou le désir de susciter le désir, sauf dans mes rêves ; (et ça c’est nouveau. Comme quoi, l’inconscient est révélateur de l’étranger qui est en nous)

Seule une petite pointe de jalousie face à ce talent d’écriture.