11 juillet 2007

PEPERE

Il s’appelait Pierre et je le nommais Pépère. Du plus loin que je me souvienne, il était coiffé de son éternel chapeau qui protégeait et masquait (avant que ça devienne la mode)son crâne complètement dégarni. Il ne l’ôtait que pour marquer son respect envers l’autre : « Au garde à vous » devant un vieux poste de radio, par exemple, quand il écoutait un discours du Général De Gaule. Il marchait d’un pas lent, parlait peu, et s’activait discrètement dans la Maison. Il prenait peu de place, ombre silencieuse, avant de... [Lire la suite]
Posté par la discrete à 08:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]